Le showroom est situé Voie de l'air Pur, 71 à 4052 BEAUFAYS. N'hésitez pas à prendre contact avec nous. Nous vous accueillerons avec plaisir!

Les ingrédients toxiques à bannir de votre routine de soins quotidiens

Saviez-vous que plus de 60% des ingrédients appliqués sur notre peau sont absorbés ?

Actuellement, la tendance est au bio. On entend de plus en plus que nous devons faire attention à notre alimentation et notre manière de consommer ces aliments.

Accepteriez-vous de manger du pétrole ou des détergents ?

Non, je ne pense pas et pourtant, en appliquant vos cosmétiques traditionnels, c’est sensiblement ce que vous faites.

De nos jours, un grand nombre de marques de cosmétiques se revendiquent « sans parabène,  sans silicone, vegan, sans sulfate »… mais en réalité qu’est-ce que cela veut dire ?

N’est-ce pas là un argument de marketing de certaines enseignes qui tentent de redorer leur blason ?  

Comment s’y retrouver et comment décrypter le vrai du faux ?

Comment repérer ces produits nocifs pour notre peau et l’environnement?

Dans cette article, je vais tâcher de répondre à toutes ces interrogations en vous décrivant les principaux ingrédients à bannir de votre quotidien.

  •  Les Phtalates
(Dietylphtalate)

    Les phtalates sont des composés chimiques qui sont présents sous forme de traces dans certains produits cosmétiques. Ils servent à dénaturer l’alcool et font partie de la famille des perturbateurs endocriniens.

    En effet, ils peuvent ralentir le développement sexuel chez les hommes et, à l’inverse, peuvent provoquer une puberté précoce chez les femmes. 

    Ils sont également accusés de favoriser le diabète.

    Ces substances produisent un film continu sur la peau, les cheveux ou les ongles pour les rendre plus beaux dans l’immédiat. Il laissent par exemple, les cheveux faciles à coiffer, souples, doux et brillants.

    • Les Parabènes
    (Methylparaben, Ethylparaben, Propylparaben,…)

      Les parabènes sont des conservateurs très efficaces. C’est à dire qu’ils empêchent le développement des micro-organismes dont les bactéries dans les produits cosmétiques.

      Il est quasiment impossible d’y échapper dans les produits de beauté conventionnels.

      Depuis plusieurs années, ils sont très controversés mais ne sont toujours pas interdits par le règlement cosmétique européen.   

      Les parabènes font, eux aussi, partie de la famille des perturbateurs endocriniens.

      Le souci majeur quant à la présence des parabènes dans les cosmétiques, c’est le fait qu’ils agissent comme des hormones dans le corps, en particulier en simulant les œstrogènes. Ils provoquent donc des dysfonctionnements du système hormonal.

      De plus, la peau allergique qui se retrouve en contact avec des parabènes pourra être irritée et des plaques d’eczéma, des boutons et autres problèmes cutanés pourront apparaître.

      Attention aux marques qui se revendiquent "sans parabènes" !!!!! Il s’agit bien souvent d’un argument de marketing. Ces produits cachent généralement d’autres ingrédients tout aussi toxiques.

      •   Les Sulfates

      (Ammonium Lauryl Sulfate, Sodium Laureth Sulfate, Sodium Lauryl Sulfate, Sodium Lauryl Sulfoacetate,...)

      Les sulfates sont des tensioactifs (agents lavants) très agressifs et très irritants.

      Ils sont dangereux pour la peau, les yeux et les voies respiratoires.

      Issu de l’industrie chimique, ces composés ont pour particularité de se lier aux corps gras pour les éliminer, tout en produisant de la mousse au contact de l’eau : rien de bien méchant me diriez-vous…

      Le problème réside dans le fait qu’ils ne distinguent pas les corps gras correspondant aux impuretés des éléments naturels de la peau (comme le sébum), décapant tout sur son passage.

      La peau perd alors sa barrière naturelle (car oui, la peau est une barrière) et s’en suivent des irritations pouvant être majeures et responsables de démangeaisons, allergies, déshydratation cutanée,…

      Le sulfate le plus connu est le « Sodium Laureth Sulfate », présent dans 90% de nos shampoing et gels douches !

      Mais ne confondez pas non plus le Sodium Coco Sulfate qui lui, est un tensioactif naturel dérivé de l'huile de coco. 

      Retenez également que ce n’est pas parce que votre shampoing, gel douche ou dentifrice ne mousse pas ou peu qu’il sera moins efficace. 

      • Le Triclosan

      Le triclosan, bien que se trouvant de moins en moins dans les cosmétiques, est toujours bien présent dans certains, notamment dans les déodorants.

      Le triclosan sert à la fois de conservateur mais également de déodorant. 

      Il s’agit, en effet, d’un agent antibactérien (ce sont les bactéries qui sont responsable des mauvaises odeurs liées à la transpiration).

      Néanmoins, le triclosan est suspecté d’être un perturbateur endocrinien: il empêche les œstrogènes et la thyroïde de fonctionner correctement.

      Il est également irritant pour la peau et les yeux en plus d’être très toxique pour les organismes aquatiques et participe donc à la pollution des océans.

      • Le Phenoxyethanol
      Le phenoxyethanol est un conservateur très utilisé dans les cosmétiques.

      Sa toxicité réside dans le fait qu’il est nocif pour le sang et le foie.

      La limitation de sa quantité dans les produits cosmétiques (maximum 1%) fait en sorte qu’il est moins dangereux pour l’adulte…

      Ces effets sont par contre particulièrement toxiques pour l’enfant et le fœtus !

      Parents et futurs parents, soyez prudents car il est présent dans une grande majorité des produits cosmétiques traditionnels utilisés au quotidien comme par exemple, les lingettes pour bébés !!!

      Le phenoxyethanol est en outre un composé irritant qui peut provoquer eczéma et allergies.

      • BHA/BHT
      Butylated hydroxyanisole (BHA) / Butylated hydroxytoluene (BHT)

        Ils servent à protéger vos produits contre le vieillissement mais malheureusement pas votre peau ! Ce sont des antioxydants synthétiques utilisés pour protéger vos cosmétiques de l’oxydation.

        Le BHA et le BHT sont classés comme potentiellement cancérigènes et font également partie des perturbateurs endocriniens.

        De plus, ils sont toxiques pour les organismes aquatiques.

        A fortes doses, le BHT est toxique pour les reins, le foie, les poumons, la thyroïde et les organes de reproduction.

        Des études démontrent que ces antioxydants influent sur le système nerveux et augmentent le risque d’allergies et de certains cancers.

        • Les Silicones 

        (Dimethicone Copolyo, Lauryl methicone copolyol, Amodimethicone, Polysiloxane, Cyclopentasiloxane,...)

        Les silicones sont encore énormément présents dans les cosmétiques conventionnels, que ce soit dans les produits capillaires, les crèmes ou le maquillage. Ce sont des dérivés du pétrole qu'on reconnaît facilement car le nom finit en -ane ou en -one.

        Les silicones ont un effet « paillettes » ! Ils donnent aux cheveux ou à la peau un aspect doux et lisse.

        En réalité, ils se posent à la surface de votre peau et de vos cheveux et leur donnent un aspect lisse et beau. Tout ceci n’est qu’illusion !!! Ils s’accrochent à la peau et aux cheveux empêchant ainsi les vrais soins de pénétrer et d’agir correctement.

        Dans l’immédiat, votre peau ou vos cheveux seront magnifiques et vous aurez donc l’impression que le soin fonctionnent dès la première utilisation mais sur la durée, ils assèchent et abîment profondément vos cheveux ou votre peau.

        Il est très difficile de s’en débarrasser. Que ce soit dans la nature ou sur notre peau, les silicones ne sont pas biodégradables, et peuvent mettre des siècles avant de disparaître. Les silicones sont extrêmement polluants.

        En soi, ils ne présentent aucun « danger » pour la santé mais ils sont les pires ennemis des peaux à imperfections, des peaux sèches et de vos cheveux.

        • Les Huiles Minerales
        (paraffinum liquidum, petrolatum, cera microscristallina, mineral oil…)

         

        Les huiles minérales sont aussi perverses que le sont les silicones et même pires.

        Ces huiles sont des dérivées des hydrocarbures, c’est à dire de la distillation du pétrole, qui est largement utilisé dans l'industrie mécanique comme lubrifiant pour les moteurs mais également dans l'industrie cosmétique où il permet d’assouplir la peau et d’empêcher le dessèchement.

        Tout d’abord, les huiles minérales sont néfastes pour l’environnement. Je ne vous apprends rien, on sait que le pétrole, c'est pas ce qu'il y a de mieux pour la planète.

        Du fait que ces huiles ont un effet occlusif, elles vont empêcher l’évacuation naturelle du sébum et donc l’oxygénation de la peau.

        De plus, les huiles minérales ne sont pas biocompatibles avec la peau. Elles vont donc rester sans être absorbées et n’apporteront aucun effet nutritif.

        Ces 2 inconvénients d'occlusivité et d'absence de biocompatibilité provoque un cercle vicieux et une addiction : ces huiles appliquées sur votre peau vous donnent un effet immédiat d’hydratation mais en réalité elles assèchent encore plus votre peau qui n’absorbe pas les ingrédients réellement bénéfiques. Au fil du temps, votre peau ne sera que plus sèche et vous augmenterez donc la dose.

        Il existe encore 2 autres effets qui font que les huiles minérales sont à bannir à tout jamais de votre quotidien.

        L’ingestion des huiles minérales: saviez-vous qu’une femme (ou un homme) ingère plusieurs kilos de rouge à lèvres (ou de baume lèvre) tout au long de sa vie ? Cette huile minérale se retrouve donc dans notre estomac. En grande quantité, elle peut causer des troubles intestinaux à différents degrés.

        De plus, l’huile minérale est une huile bas de gamme. Elle est poisseuse et grasse. Complètement l’inverse de ce que l’on souhaite retrouver dans nos cosmétiques.

        Et pourtant, elle est présente dans les produits de cosmétiques dits "haut de gamme ».

        Dans ce cas, méfiance, sachez que vous mettez le prix dans la marque et non dans la qualité du produit.

        • Les MIT/MCIT

        les Methylisothiazolinone (MIT) et Methylchloroisothiazolinone (MCIT)

        Ce sont des puissants conservateurs qui permettent de lutter efficacement contre la prolifération des bactéries et des champignons.

        Ces deux substances extrêmement allergènes et provoquent des allergies cutanées au niveau du visage et des mains.

        • L' EDTA

         L’EDTA va servir à empêcher les micro-organismes à se développer dans le cosmétique en piégeant les ions métalliques qui sont nécessaire à leur développement.

        Ses effets dans notre organisme ne sont pas encore bien connus mais il pourrait être toxique et irritant pour les yeux. De plus, il est extrêmement polluant car il empêche le processus de biodégradation dans les cours d’eau.

        • Les PEG

        Les PEG sont des dérivés du pétrole très couramment utilisés dans les produits cosmétiques. Ils peuvent être synthétiques ou d’origine naturelles. Ils sont utilisés pour leurs propriétés épaississantes, émulsifiantes ou tensioactives.

        En fonction de leur processus de fabrication, les PEG peuvent contenir du 1,4-dioxane potentiellement cancérigène. De plus, ils irriteraient la peau, causeraient des déformations du foie et seraient nocifs pour la fertilité.

        Les PEG sont également très peu biodégradables, ils se dégradent mal et s’accumulent dans l’environnement.

        • Les Sels d’aluminium

        (Aluminium chlorohydrate , Aluminium Sesquichlorohydrate  ou Aluminium zirconium pentachlorohydrate).

        Les sels d'aluminium sont très connus pour leur utilisation dans les anti-transpirants et les déodorants. Ils empêchant la sueur de s’écouler qui ne peut alors plus réguler la température du corps.

        Ils sont considérés comme de grands perturbateurs endocriniens, et provoqueraient des cancers du sein chez la femme. On estime aujourd’hui que la majeure partie des cancers du sein sont causés par les sels d’aluminium.

         

          En conclusion, vous l’aurez compris, si vous souhaitez faire attention à ce que vous appliquez sur votre peau, vous devez apprendre à décrypter les étiquettes et ne surtout pas se fier aux arguments marketing des grandes enseignes.

          Certes, cela demande un certain effort mais le bénéfice que vous en tirerez sera durable.

          Certains arguments sont au conditionnel, simplement car l’effet nocif n’a pas encore été formellement démontré. Cependant, une chose est sûre, l’effet « cocktail » est toxique pour notre organisme et l’environnement.

          Il vaut donc mieux prévenir que guérir.

          Avec Ananda, je souhaite agir en toute transparence et que vous sachiez réellement ce que vous appliquez sur votre peau.